Spectacle : HAIR, des prolongations décoiffantes au Théâtre du Gymnase !

Final dHair, Théâtre du Gymnase - 12/04/2011 - Cestshow.

En bref :

2011 signe le retour du célèbre musical rock « Peace and Love » des années 60, avec une nouvelle réadaptation française, mise en scène par Sylvain Meyniac. Pour ceux qui ont assisté aux 40 ans de HAIR en 2009 avec une adaptation de Ned Grujic, vous risquez d’être étonnés par les changements apportés avec cette nouvelle vision du spectacle.

L’histoire de base elle, ne change pas : un jeune homme refuse de s’engager dans la guerre, poussé puis soutenu par une bande de baba-cools anti-militaristes.

Paris reprend une dernière dose de « sunshine » au Théâtre du Gymnase (à 21h30), histoire de préparer l’été comme il se doit. Et ce, jusqu’au 16 avril prochain !

HAIR - ©Emeline Tavernier - Cestshow ( en attente de vidéo)

Alors ?

N’espérez pas rester enfouis au creux de vos petits fauteuils moelleux toute la soirée : le ton est donné, ce sera la fête avec la tribu. Et ça commence, dès votre arrivée.

En vous installant, ne vous attendez pas à digérer votre dîner comme des pachas, devant le traditionnel rideau rouge tombé devant vous. A la place, certains artistes sont en scène et commencent déjà à faire le show en se déplaçant dans la salle, au milieu des spectateurs.

Au menu de cette mise en bouche ? Distribution de préservatifs, massages et messages d’amour… Le tout dans une ambiance complice, en pleine interaction avec le public de la manière la plus simple du monde : avec le sourire.

HAIR - ©Emeline Tavernier - cestshow

Cette adaptation 2011 qui reprend les meilleures chansons de ce musical, offre une vision plus contemporaine , avec une mise en scène plus épurée. Un parti-pris qui joue (tout à son honneur) la carte du live avec des musiciens, redonnant ainsi la vraie dimension « rock » de HAIR. Avec très peu de solo sur scène, c’est une véritable tribu qui chante « choeur » et âme dans des interprétations collectives qui dynamisent et donnent du rythme au contenu. Tout ça pour dire que pour s’ennuyer, il faut vraiment le chercher !

Un spectacle qui propose une « partie à trois » (la scène, les artistes et le public), dans le but de ne faire qu’un avec la salle. Une communion souhaitée, défendue et menée habilement durant le spectacle, pendant lequel les artistes interagissent naturellement avec leurs invités d’un soir.

HAIR - ©Emeline Tavernier - Cestshow

Une légère nostalgie parsemée de complicité plane sur la scène du Théâtre du Gymnase, avec le retour du duo de choc formé par Fabian Richard (Claude) et Laurent Ban (Berger), qui avait si bien fonctionné durant l’adaptation de 2009 au Trianon.

C’est aussi l’occasion de découvrir une Lucie Bernardoni plus libérée et gracieuse (ancienne finaliste de la Star Academy dont le 1er album « Mélancosmiaque » est dans les bacs), ainsi que Dominique Magloire (Cléôpatre) qui apporte sa touche Gospel au spectacle. Sans oublier tous les autres artistes présents, comme Candice Parise, Héloïse Adam, Corentine Planckaert, Régis Olivier (qui porte très bien la perruque soit dit en passant), Camille Turlot, Lorène Devienne, Lola Aumont, Malik Young…

Laurent Ban et Fabian Richard

Une troupe toujours aussi baba-cool, dont néanmoins le message est revenu à ses origines : diffuser la paix et l’amour, pour fêter la vie et en profiter dignement. Encore une soirée où tout le monde termine debout, conquis par la fièvre HAIR dans une ambiance conviviale, avec « bonheuromètre » monté à bloc ! Un bon bol d’HAIR à prendre avant qu’il ne soit trop tard…

Note : ++++

Emeline Tavernier


Spectacle : Mamma Mia ? « Abba » c’était bien !

Mamma Mia, le spectacle

En bref ?

La célèbre comédie musicale Mamma Mia a posé ses valises en France, avec une adaptation française des chansons du groupe ABBA qui retrace au travers de 22 chansons, l’histoire d’une mère célibataire (Donna) qui est confrontée à 3 de ses anciens amants le jour qui précède le mariage de sa fille.

Ayant été plutôt déçue du film et ayant grandi dans les années 1990, il n’était pas évident que j’accroche à l’ambiance greco-disco en passant des salopettes aux costumes à franges. D’autant plus que les traductions françaises sont en général assez décevantes et qu’il est difficile de toucher aux légendes comme celle-ci dans l’esprit collectif…

Néanmoins, avant même d’y avoir été, il faut saluer le risque pris. Contrairement par exemple à la comédie musicale Grease vue en 2010 avec entre autre Cécilia Cara au Palais des Congrès, qui est restée (un peu trop?) fidèle au film, Mamma Mia a fait un pari délicat, surtout auprès des puristes Abba-esques fans de boules à facettes et de costumes à paillettes !

Alors ?

30 ans après, la magie est toujours là. Pour les amateurs d’ABBA comme pour ceux qui découvrent l’univers, tout le monde termine la soirée debout en se dandinant sur les chansons inoubliables… même les agents de sécurité ont le bassin qui les démange !

La recette du succès ? Une brochette de chanteurs et de comédiens talentueux, des musiciens en live, une adaptation à la fois fidèle et revisitée habilement, une mise en scène intelligente qui nous plonge dans une ambiance colorée… Ce soir là, les plus jeunes regrettent de ne pas avoir 20 ans de plus et quelques rides aux coin des yeux…

Sans oublier le plaisir de retrouver sur scène des artistes tels que Dan Menashe et Patrick Mazet (valeurs sûres masculines, entre autre vues dans Cabaret, aux côtés de Fabian Richard), ou encore Emmanuelle Bouaziz et Gaëlle Gauthier (toujours aussi rayonnantes).

Evidemment, mention spéciale aux 3 drôles de dames de la version française qui pimentent le tout et rendent la troupe attachante, à savoir Claire Guyot, Marion Posta et Karen Gluck.

Alors que certains peuvent être déroutés dès les 1ères minutes du spectacle en découvrant la version française de leurs chansons préférées (qu’ils oublient très vite soit dit en passant), ceux de la plus jeune génération ont une jolie surprise. Celle de poser un visage sur une voix qui symbolise toute leur enfance soit plus de 10 ans de souvenirs.

Claire Guyot, la Donna du spectacle, a plus d’un tour dans sa salopette : elle est une des voix du doublage français les plus connues. La chanteuse est à la fois Teri Hatcher, Sarah-Michelle Gellar mais aussi notre Petite Sirène, Robbie de Tom&Jerry, Mercredi dans la famille Adams et tant d’autres…

Assis confortablement dans le magnifique Théâtre Mogador, vous passez donc des rires aux larmes devant les tableaux fluides qui défilent devant vos mirettes aiguisées. Et bien entendu… la scène mythique des costumes made in ABBA n’a pas pris une ride, ni même quelques kilos !

Mamma Mia est un bel hommage et une belle découverte pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’avoir la fièvre du samedi soir et qui n’ont pas pu être une « Dancing Queen » dans les années 1970 !

Finalement? « ABBA » j’aimerais bien y retourner !


Note : ++++

Emeline Tavernier

 

Infos :

Après un album, un Globe de Cristal, et une nomination aux Molières… Mamma Mia revient en septembre pour une nouvelle saison et part en tournée en 2012/2013 dans toute la France… rendez-vous dans les billetteries !



Comédie Musicale : Mozart L’Opéra « Rock » plus beaucoup

Mozart Opéra Rock sur C'est Show

(article en cours)


Comédie Musicale : Bonnie and Clyde, le couple revient à la vie


Bonnie & Clyde - 2010 - C'est Show

En bref :

Une histoire d’amour des 2 célèbres gangsters en plein coeur de la mafia New-Yorkaise. Une nouvelle réactualisation d’un mythe assaisonné à l’époque contemporaine…

Et alors ?

J’avais découvert cette petite comédie musicale prometteuse au Festival d’Avignon en 2009 au Théâtre du Bélier (où se jouait également « Magicien(s) tout est écrit »). Avec surprise, je découvre qu’en 2010 le spectacle produit par Arthur Jugnot, pose ses valises dans la capitale avec de sacrés changements.

Malgré la présence d’artistes talentueux comme Fabian Richard ou encore Magali Bonfils, il manque quelque chose pour donner de l’ampleur à ce spectacle un peu pâle dans sa globalité. La musique et les paroles des chansons étaient pauvres et la mise en scène laissait parfois à désirer. Néanmoins, le spectacle était bien rythmé et dynamique.

Belle surprise sur scène : redécouvrir Cécilia Cara, l’éternelle « Juliette » de la Comédie musicale « Roméo et Juliette » que j’ai pu découvrir en femme fatale dans sa tenue de Bonnie.

Note : ++

Emeline Tavernier

 

Bonnie & Clyde - 2010 - C'est Show